LOADING

Type to search

[Interview] Sébastien Riera, dans les coulisses du sport business

Interviews

[Interview] Sébastien Riera, dans les coulisses du sport business

Rédaction Le Sport Business lundi 24 août 2015
Share Button

Sébastien Riera travaille régulièrement avec ceux qui font la une de l’actualité sportive. Avec son agence spécialisée en stratégie marketing, il permet à des entreprises de valoriser leur image grâce à la présence de personnalités.

LeSportBusiness.com: Vous travaillez dans le monde du sport depuis de nombreuses années, quel est votre rôle exactement ?

Sébastien Riera: J’ai fondé l’agence ACPR il y a 11 ans. Nous avons plusieurs activités: la principale est de mettre en relation des personnalités du sport, de la télévision ou du cinéma avec des marques ou des agences. A 95% du temps, je suis en direct avec les personnalités, ce qui réduit les intermédiaires et permet de proposer des devis intéressants. Tout cela prend des années à se construire, le réseau est important.

Je fais aussi de l’association de marques. Aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises veulent mutualiser les coûts de communication et de marketing. On associe des marques qui partagent les mêmes valeurs, les mêmes messages.

Comment vous êtes vous retrouvez dans cet univers ?

Pour la petite histoire, j’ai monté l’agence car mon meilleur ami me l’avait demandé. Ludovic Giuly commençait à avoir des demandes de partenariat et n’y connaissait pas grand chose. Il ne voulait pas se faire avoir et m’a demandé de lancer une structure pour gérer son image.

Je n’ai pas voulu gérer l’image d’autres sportifs, je n’avais pas envie d’être dans le quantitatif. Je me mets d’abord à la place du client puis je m’adapte et lui fait des propositions.

Le sport et votre activité ont-ils connu la crise ?

Oui, bien sûr, mais c’est dans ce genre de moment que je peux être sollicité. On arrive à faire des partenariats avec des budgets intéressants. J’ai peu de coûts annexes ce qui me permet de coller facilement avec le budget d’un client.

Quelles sont les dernières opérations sur lesquelles vous êtes intervenu ?

Il y a eu beaucoup d’activations autour de jeux vidéos, notamment pour Call of Duty avec l’intervention de David Luiz, qui est ambassadeur. On vient de travailler sur un autre jeu, Destiny, nous avons fait signer les frères Karabatic.

La saison dernière, j’ai travaillé avec Hyundai, partenaire maillot de l’Olympique Lyonnais. A l’occasion du derby, j’ai fait venir 2 lyonnais, véritables fans du club, pour donner le coup d’envoi du match. Il s’agissait de Cyril Dumoulin et Guillaume Joli, joueurs de l’équipe de France de handball. A l’occasion de la venue à Lyon du pilote Hyundai, Thierry Neuville, j’ai fait intervenir le comédien Arnaud Tsamère et Sony Anderson. Ils sont devenus co-pilotes l’espace de quelques heures et l’opération était très sympa.

Pour la sortie du scooters 3 roues Peugeot Metropolis, la marque voulait constituer un team d’ambassadeurs. J’ai fait appel à une dizaine de personnes dont les frères Karabatic, Laure et Florent Manaudou, Imanol Harinordoquy, Christophe Dugarry, Richard Gasquet… Sur Peugeot.fr, on a proposé aux internautes de remporter une heure de tennis avec Richard Gasquet. C’était un vrai succès. Par la suite, Florent Manaudou et Camille Lacourt sont venus sur le stand Peugeot au Mondial de l’automobile. Le public était ravi.

Le grand public peut avoir des préjugés sur votre métier, quelle est la réalité ?

Je pense qu’ils ont surtout une mauvaise image des partenariats indécents. Le client pense que ce genre d’opérations sont hors budgets mais il ne faut pas hésiter à se renseigner. Une chose est certaine: aujourd’hui, si les sportifs n’ont pas envie de le faire, ils ne le feront pas. Mon rôle est de conseiller l’agence ou la marque, l’orienter vers des personnalités sympas qui vont faire bien plus qu’une simple séance de dédicaces.

Sinon, vous savez, je suis quelqu’un de simple avec les pieds sur terre. Le fait de côtoyer des personnalités ne m’a pas changé.

Share Button