LOADING

Type to search

Actualités Interviews

David Drahy (Com’Over) : « Le marché du sport est plus souple et accessible »

Mathieu POPLIMONT mercredi 09 mai 2018
Share Button

David Drahy est le fondateur de l’agence Com’Over, spécialisée notamment dans le sport et lifestyle. Une agence qui a gagné de belles références au fil des années.

Le Sport Business: Quelle est l’histoire de Com’Over ?

David Drahy: L’agence a vu le jour en 2011. Je l’ai lancée avec ma concubine et notre premier client était la NBA, un client historique car je les accompagne depuis 2004 et mon premier stage. Je suis un ancien d’Octagon, une grande agence internationale, assez peu présente en France. Je suis aussi passé par Community, à l’époque où l’agence était très sport avec Laurent Damiani, l’ancien président de Sporsora, et Sport Market.

L’agence se positionnait en freelance au départ car nous étions 2, aujourd’hui nous avons 16 salariés et nous réalisons 3 millions d’euros de chiffres d’affaire. Nous opérons sur différents domaines de la communication: conseil stratégique, événementiel, relations presse et influenceurs.

Quels sont les gros clients de l’agence ?

Notre plus gros client est le groupe Baccardi Martini puisque nous intervenons sur 8 marques. La NBA, comme je le disais, qui passe par nous pour de nombreuses actions en France. Nous avons gagné la Ligue Nationale de Basket l’été dernier. Il y a aussi Mastercard depuis 2013, notamment sur Roland Garros et la Ligue des champions en France. En 2016, nous avions eu la chance d’avoir des top sponsors de l’Euro, Socar et Turkish Airlines. Pour ces deux marques, nous nous sommes occupés de l’ensemble de l’activation pour la France: stratégie d’ambassadeur, fan zone, hospitalités. Très récemment, nous avons gagné la marque New Era.

L’agence n’est basée qu’à Lyon ?

Non, nous avons aussi 6 personnes à Paris. C’est important pour le business et les agences d’être à Paris mais on pense qu’il ne faut pas avoir qu’une vision parisienne. Les consommateurs ne sont pas que sur la capitale, ils sont aussi en province.

Vous avez même lancé un espace de travail partagé pour les startups ?

Nous avons créé le Com’Over Lab en 2017, c’est un lieux qui regroupe beaucoup d’acteurs du sport. Les entreprises ne paient pas de loyer mais échangent de l’expertise métier. Aujourd’hui, il y a plus d’une dizaine d’entreprises.

Au delà du lab, nous avons aussi créé une association qui s’appelle Sport Connect Lyon. L’idée est de rassembler les professionnels du sport lyonnais autour de conférences, de networking, de formations. Le Lab découle finalement de cette association, cela nous permet d’avoir sous la main une offre globale pour nos clients.

Il y a aujourd’hui beaucoup d’agences spécialisées dans le sport…

Il y en a toujours eu depuis le début des années 2000. A la base, c’était surtout Havas, Lagardère et quelques petits acteurs autour. Le secteur s’est professionnalisé et je pense qu’il y a encore une phase de progression énorme. Il y a encore de la place pour les agences avec une multiplications des métiers, je pense au digital ou aux influenceurs. Des acteurs comme Sport Market, La Fourmi ou nous, tirent leur épingle du jeu. C’est un bon signe pour le secteur du sport, le marché est plus souple et accessible, tant mieux. Nous sommes partis de rien.

 

Share Button