LOADING

Type to search

Actualités Football Interviews

[Interview] Baptiste Desprez, 55 jours avec les Bleus

Mathieu POPLIMONT mercredi 12 septembre 2018
Share Button

En poste depuis 2010 au Figaro, Baptiste Desprez est devenu petit à petit le spécialiste de l’équipe de France de football. Au plus près des Bleus en Russie, il raconte leur sacre mondial dans un livre.

Le Sport Business: Vous aviez l’idée de sortir un tel livre avant même le début de la Coupe du Monde ?

Baptiste Depsrez: Non, pas du tout. Je suis rentré en France en même temps que les joueurs et quelques jours après les festivités, un éditeur (Louis de Mareuil, Mareuil Editions) m’a contacté. Il avait lu mes articles pendant le Mondial et suivi la couverture du Figaro. On s’est rencontrés, on a échangé nos points de vues et nous sommes tombés d’accord pour raconter cette histoire et l’envers du décor. Le livre devait sortir au mois d’octobre et j’ai finalement pu me dégager du temps.

Comment s’est passé le travail d’écriture ?

Je suis revenu en mode universitaire, j’ai donc passé beaucoup d’heures en bibliothèque. Pendant la compétition, il y avait le journal et le site à enrichir mais aussi de la vidéo. Je n’ai pas vraiment compilé mon travail car je ne pensais pas sortir de livre. Mais une fois que le projet était acté, j’ai fait un gros travail de documentation au cas où j’étais passé à côté de certaines choses, j’ai recontacté des personnes pour avoir un peu de fraicheur et un regard neuf.

Une idée du tirage ?

Le livre sort à 8 000 exemplaires. Dès qu’un petit nombre de bouquin sera vendu, il y aura une réimpression.

Il y a une petite concurrence sur les livres autour des Bleus en ce moment…

Concurrence, oui et non, je ne le vois pas trop comme ça. Mes confrères Vincent Garcia et Arnaud Hermant viennent aussi de sortir un livre avec du récit et des anecdotes mais les autres livres sont plus sur les photos et comptes rendus de match. Je vais faire un peu de radio et de télévision pour faire la promotion du livre, c’est encore tout nouveau.

Une anecdote vous a marqué ?

Il y en a beaucoup dans le livre. Ce que je trouvais intéressant, c’était de raconter comment les journalistes vont chercher l’information. Deschamps n’a pas aimé que le 11 de départ soit diffusé avant les matches car cela pouvait aider les entraineurs adverses. Je raconte comment se déroule les huis clos, comment j’ai travaillé, la vie de groupe.

La FFF est devenu un média (voir le numéro 0 de notre Magazine) avec son propre contenu. Comment vous vivez cela ?

Que la FFF se garde des exclus, c’est normal. La fédération s’est renforcée avec d’anciens journalistes. La FFF fait comme les clubs professionnels, avec du beau contenu et des belles vidéos (réalisées par Guillaume Bigot). Je comprends que les gens soient déçus avec le film en immersion qui a été diffusé sur TF1 car ils ont l’impression d’avoir déjà tout vu. Cela ne nous empêche pas de travailler, j’ai pu faire un gros entretien exclusif avec Didier Deschamps dans Le Figaro. Cela renforce le degré d’exigence pour nous journalistes, ce n’est pas plus mal.

Le traitement de l’actualité sportive a changé sur Le Figaro, c’est une nouvelle stratégie du média ?

Il y a toujours eu une page sport dans le journal avec des journalistes et des reporters. Les réseaux sociaux ont peut être aidé à faire connaitre mon travail. Nous n’avons pas le staff de L’Equipe ou du Parisien, il faut faire des choix et cibler. J’entretiens de bonne relations avec le staff et les joueurs, cela nous permet de faire de belles choses. Nous essayons d’aller dans des sujets décalés, avec un angle différent. Dans les semaines et les mois à venir, il y a plein de contenus que nous allons développer.

Share Button