LOADING

Type to search

Actualités Interviews Sports de combat

Jérôme Pourrut (HEXAGONE MMA) : « Mon modèle, c’est l’UFC et les producteurs internationaux »

Rédaction Le Sport Business mercredi 30 novembre 2022
Partager cette information

Jérôme Pourrut (au centre de la photo), 43 ans, concentre déjà toutes ses forces vers l’année 2023. Le 22 janvier, son organisation, HEXAGONE MMA, reviendra au Paris Zenith – La Villette pour un sixième épisode, après deux galas organisés à Dubaï et en Allemagne. Il compte bien profiter de la vague UFC Paris pour imposer ses shows dans le paysage sportif.

Cela fait près de 20 ans que ce Toulousain, qui est aussi une de voix françaises de Waze, évolue dans l’univers des médias et des sports de combat. Entrepreneur, il a longtemps mûris son projet de ligue professionnelle de MMA. Pour Le Sport Business, il détaille sa vision du marché et son modèle pour démocratiser la discipline en France.

Lancer votre organisation, c’était un rêve ou la légalisation du sport vous a donné envie de relever le défi ?

En 2005, nous avons créé avec mon frère Fighting Spirit, un des spécialistes dans la distribution des droits télévisuels. De par notre passion et notre expertise, nous traitons principalement les sports de combat avec un prisme très large qui va de la boxe olympique au MMA en passant par le catch. On a travaillé avec le CIO, l’UFC et beaucoup d’organisations.

Nous attendions la légalisation du MMA en France. Dès 2015 ou 2016 en fait, nous avions participé à une concertation gouvernementale sur le sujet mais il a fallu attendre 2020 pour que la discipline soit officiellement légalisée. Créer une ligue professionnelle de MMA était un objectif, évidemment. Nous avons fait du benchmark tout au long de notre vie pour savoir comment bien promouvoir, organiser et choisir les athlètes. Organiser un gala demande de nombreuses expertises : il faut une expertise de producteur pour la scénographie à l’intérieur d’une salle, il faut s’associer avec une chaîne de télé qui adhère à votre ligue et qui l’aide à être exposée, il faut une expertise sportive pour recruter des combattants selon un cahier des charges, il faut un pôle communication et marketing.

A l’Hexagone, on ne veut pas de trash talking, de provocations, une sorte de « catchéisation » du MMA. Ce sport a été longtemps décrié. Le MMA, est un sport avec des règles, des arbitres, une fédération. Je veux d’ailleurs saluer le travail de la fédération française de MMA (sous la tutelle de la fédération de boxe) qui est parti d’une feuille blanche pour créer un cadre médical et sportif.

Concrètement, quel est votre modèle économique ?

Nous sommes dans une logique entrepreneuriale. Il y a quatre sources de revenus : le ticketing, le sponsoring, les droits télé et le merchandising. Sur cette dernière partie, on est au tout début car nous sommes une nouvelle marque. Le deal avec RMC nous amène revenus et exposition. Nous avons aussi un accord avec Dazn qui diffuse dans le monde entier, nous avons des deals en Afrique via Canal. Sur certains pays, nous avons des deals en direct avec des chaînes, je pense à l’Allemagne, la République Tchèque, la Roumanie. Aujourd’hui, ce qui fait notre force, c’est que la compétition HEXAGONE MMA est diffusée partout sur la planète et on ressent d’ailleurs les effets positifs dans notre recherche de sponsoring. En ce qui concerne la billetterie, c’est une approche plus locale, plus indépendante.

Vous échangez avec les autres organisations françaises qui vous concurrencent ?

Nous n’avons pas spécialement d’échanges mais je ne vois pas les autres organisations comme des concurrents. C’est un marché qui est loin d’être mature. ARES, par exemple, et nous, avons en commun le fait de connaître le sport et la volonté de le valoriser. Mon modèle, c’est l’UFC et les producteurs internationaux. Notre producteur, David Rothschild, est dans le milieu depuis 25 ans et a travaillé sur les concerts d’Ed Sheran l’été dernier. L’expérience du spectateur doit être sublimée. C’est une rhétorique qu’on entend de plus en plus mais nous travaillons réellement sur cet aspect.

Pourquoi avoir fait le choix de vous exporter en Allemagne et aux Emirats alors que votre organisation est encore récente ? Ces marchés sont plus réceptifs ?

Notre positionnement est d’aller à Paris et en province, notre nom est d’ailleurs un clin d’œil à notre territoire. On souhaite être une ligue internationale et européenne. Nous avons commencé par Dubaï mais c’est un cas un peu à part, c’est une ville tellement spéciale au niveau des divertissements. A Dubaï, il n’y avait eu que l’UFC et l’UAE Warriors a avoir organisé quelque chose. Nous avons eu des résultats au delà de nos espérances et je pense que nous reviendrons là bas. Nous avons développé de vraies opportunités business et sportives. Les combattants sous contrat avec HEXAGONE ont la possibilité de se produire en France et à l’étranger, cela compte dans la carrière d’un sportif de haut niveau.

Quel est votre bilan après cinq événements ?

Je ne vais pas dresser un bilan financier, je considère qu’il y a des étapes. Notre premier show était complet mais limité à 1000 personnes à la Paris La Défense Arena à cause du Covid, nous avons ensuite eu droit au Pass sanitaire au Zénith. On a commencé avec des difficultés et des freins. Depuis que l’UFC est venue à Paris (le 3 septembre à l’Accor Arena), c’est différent. Cela a été un acte fondateur du MMA en France, le sport était au cœur des médias et discussions, on s’intéressait aux athlètes et non plus aux préjugés.

On essaie de créer un écosystème pour que les combattants soient contents de leur prime et puisse vivre de leur sport. Notre idée est de faire en sorte qu’on monte en tant que ligue et avec les combattants qui vont nous suivre. Si nous gagnons beaucoup d’argent, cela doit profiter aux combattants pour qu’ils grandissent avec nous et se consacrent entièrement à leur carrière sportive. L’argent doit être bien distribué.

Le 22 janvier, vous allez proposer une nouveauté à certains spectateurs avec la possibilité de rencontrer le combattant Benoît Saint-Denis, Lucie Bertaud (écouter notre podcast de la journaliste et combattante) et Greg MMA (ancien combattant et youtubeur) …

Ils sont hyper heureux d’être dans cette opération car ils vont pouvoir rencontrer leur public. Ce sont des figures de ce sport, chacun avec leurs particularités. Benoit adore ses fans. Sa popularité a décollé, c’est un des nouveaux visages du sport français. Globalement, les billets se vendent très bien et les courbes sont au dessus de nos prévisions. Nous aurons un ancien combattant UFC et les meilleurs français sur cette carte.

Crédit photo : Yann Lévy

Ceci est une boutique de démonstration pour test — aucune commande ne sera honorée. Rejeter