LOADING

Type to search

Actualités Autres sports Interviews

Charlotte Lembach (escrime) : “Nous attendions une invitation d’Emmanuel Macron…”

Mathieu POPLIMONT vendredi 03 août 2018
Share Button

Charlotte Lembach et les filles de l’équipe de France d’escrime sont championnes du monde mais au coeur de l’été, cette victoire est un peu passée inaperçue. Cela n’était pourtant pas arrivé depuis 2007. Entretien.

Le Sport Business : Le quotidien régional L’Alsace vous a consacré une interview mais on a un peu l’impression que les médias ne se sont pas intéressés à votre victoire…

Charlotte Lembach : Je n’ai pas eu de sollicitation, c’est vrai. Nous en avons eu d’avantage pour d’autres événements mais là, c’était assez calme. Ce n’est pas grave, dans ma tête on est championnes du monde et c’est très bien. Notre sport aurait besoin de médiatisation mais c’est comme ça, je suis avec ma famille et cela fait du bien de pouvoir se ressourcer. Nous attendions une invitation de Monsieur Macron, j’ai lancé quelques appels sur les réseaux sociaux mais je n’ai pas eu de réponse (rires).

Vous en avez parlé avec vos coéquipières ?

Je n’en ai pas trop parlé avec les filles, tout le monde est partis de son côté. Il y avait l’été, la Coupe du monde, le Tour de France, maintenant les championnats d’Europe de natation, c’était compliqué. J’ai eu la chance d’avoir le retweet de Benjamin Mendy qui m’a fait un peu de notoriété. Je connais beaucoup de sportifs grâce aux Jeux Olympiques et au CNOSF qui rassemblent parfois les athlètes français mais nous n’avons aucun lien avec le monde du football, c’était sympa de sa part.

Les prochains Jeux Olympiques se dérouleront dans deux ans mais vous êtes déjà à la recherche de partenaires ?

J’ai un contrat d’image depuis 2015 avec Dentsu Aegis Network mais petit à petit, je cherche des sponsors pour mettre en avant ma pratique sportive. Je pense qu’il y a beaucoup de valeurs communes entre le monde du sport et le monde du travail. J’aime partager ma vie au quotidien et la partager auprès de gens qui sont en entreprise. Je lance des pistes, je n’ai pas encore de retour positif mais j’espère que ce titre de championne du monde va m’aider.

Avant les JO, il y aura les championnats d’europe et du monde en 2019. Il faudra déjà que je me sélectionne car nous avons un bon groupe de filles, qui sont très jeunes, il faut se maintenir. Nous sommes capables de gagner des médailles d’or, il faudra aller les chercher.

Parlez nous de ce contrat d’image…

J’ai signé ce contrat grâce au Pacte de performance mis en place par le Ministère des sports. Je n’ai pas d’impératif de présence, je suis détachée à 100%, mais dès qu’ils ont besoin de moi, j’interviens sur des événements, pour la journée de la femme par exemple. Dès que je suis disponible, je les aide. L’année dernière, j’ai fait mon contrat de professionnalisation chez eux, avec l’agence MKTG (filiale de Dentsu), et je travaillais 2 jours par semaine.

Vous suivez actuellement une formation avec l’EDHEC, une grande école de commerce…

Oui, tout est à distance, en e-learning. C’est un programme adapté à mon planning sportif. Dès que j’ai du temps libre, je peux m’y mettre. Il faut trouver la motivation, c’est une organisation à trouver entre les compétitions, mes entraînements quotidiens à l’INSEP, mes déplacements. Après mon DUT techniques de commercialisation et ma licence en management des organisations, je suis allé à Sciences po mais ce n’était pas du tout adapté aux sportifs.

Concrètement, quels sont vos revenus aujourd’hui ?

Je n’ai pas un revenu tous les mois. J’ai une aide de Dentsu Aegis sur l’année, de ma ville et de ma région mais cela dépend des résultats. J’ai une aide de la fédération mais il faut être sélectionnée en équipe de France, faire des médailles. Si je ne fais pas de bons résultats, je n’ai rien. On ne peut se fier à rien car c’est de l’argent qui arrive de manière irrégulière. J’aime bien faire les choses moi même, je ne suis pas accompagnée par un agent. Si j’ai besoin, je demande aux bonnes personnes mais je ne reçois pas des millions, je n’ai pas des contrats à signer toutes les semaines.

Vous n’avez que 30 ans mais pensez-vous déjà à votre après carrière ?

On va dire que je suis plutôt sur la fin mais tant que le corps suit, on peut continuer. Avec Paris 2024, cela donne envie. Etant sportive de haut niveau, je ne me vois pas rester derrière un bureau. J’aimerai être sur le terrain, dans l’événementiel par exemple, dans l’activation sportive. J’ai besoin de bouger et rencontrer des clients. Une de mes amies championne du monde est journaliste chez France Info, une autre suit la même formation que moi et une dernière va entrer en école de kiné, nous ne pouvons pas vivre uniquement de notre sport.

charlotte lembach france escrime

Share Button