LOADING

Type to search

[Exclusif] PSG: Michel Montana, la dernière âme du Parc

Interviews

[Exclusif] PSG: Michel Montana, la dernière âme du Parc

Rédaction Le Sport Business mercredi 22 janvier 2014
Partager cette information

Michel Montana est le speaker Paris Saint-Germain. Depuis 20 ans, il est la voix du PSG à domicile. Les joueurs et les dirigeants sont passés mais lui n’a pas quitté le navire. A l’heure où le club se remet à briller en France et à travers l’Europe, sans ses supporters historiques devenus indésirables, nous avons voulu rencontrer la dernière âme du Parc des Princes.

LeSportBusiness.com: Michel Montana, comment êtes-vous devenu le speaker du Parc ?

Michel Montana: J’exerce une autre activité car je suis comédien, spécialisé dans les voix. Je fais de la pub, des documentaires, du doublage. Par contre, je suis venu un peu par hasard au Parc des Princes puisque j’étais la voix de Canal Jimmy. En discutant avec le programmateur de la chaîne qui était aussi le programmateur musical du Parc, il s’est rendu compte que j’aimais le foot et que je pourrai peut être devenir remplaçant du speaker de l’époque, en 1994.

C’est comme ça que j’ai commencé. Je faisais des remplacements en Coupe de France, Coupe de la Ligue. J’ai même fait un PSG-Barcelone en Ligue des Champions. Je suis vraiment devenu le speaker officiel après la Coupe du Monde 1998 pendant laquelle j’avais animé les rencontres au Parc.

Entre 1994 et aujourd’hui, tout a changé. Au niveau des moyens mis à votre disposition mais aussi concernant le public…

Je reconnais que je suis un peu orphelin des groupes de supporters car il y avait une ambiance qu’on voyait rarement dans les stades, du côté de Boulogne et d’Auteuil. Je comprends la décision du club, il fallait faire quelque chose.

C’est aujourd’hui beaucoup plus pro en terme d’animation. Il y a les écrans géants, des sujets qui sont projetés avant et pendant le match, les messages Twitter. Tout ça est récent. Il y a les moyens et plus d’animations (les concours Fifa 14, le challenge football avec Orange…). C’est beaucoup plus bordé et cadré, je m’adapte à ce qu’on me demande.

Et les speakers des autres stades de France, vous les connaissez ?

On se connait mais à une époque, il y avait des réunions au sein de la Ligue. Maintenant, il n’y en a plus tellement. La dernière remonte à 2 ou 3 ans. C’était l’occasion de se rencontrer et d’échanger avec les collègues. J’en connais quand même plusieurs.

Votre collaboration avec le club n’a jamais pu aller au delà de l’animation des matchs ?

Le speaker de Marseille est, par exemple, intégré au club et travaille pour OM TV. A Lens, il s’occupe des supporters. Certains speakers ont d’autres fonctions et font partie intégrante du club. Personnellement, on ne m’a jamais proposé et j’ai une autre activité donc je n’ai jamais vraiment poussé le sujet.

Quel est votre rapport avec les joueurs ? Les joueurs étaient plus accessibles il y a quelques années ?

Peut-être un peu plus, oui. Je passais de temps en temps au Camp des loges mais aujourd’hui tout est plus cadré. Il faut des accréditations, même pour moi. Avant, je passais au siège ou au Camp des loges et c’était plus simple.

C’est beaucoup plus pro et le club va aller très loin, très haut.

Vous avez des nouvelles des joueurs que vous connaissiez à vos débuts, dans les années 90 ?

Non, pas personnellement. On se croise professionnellement. Mais je n’ai pas de relation privilégiée avec eux. C’est vrai que je discutais plus souvent avec les joueurs avant. Aujourd’hui c’est compliqué, les trois quart de l’équipe reste au vestiaire. Quand ils arrivent au Parc, tout est balisé avec la télévision et on ne peut pas se mettre dans l’axe des caméras, je ne peux même plus les saluer à leur arrivée.

Et avec les journalistes ? Ils vous donnent des informations ou vous faites des recherches de votre côté ?

Avant je les voyais mais ils n’ont plus accès à la pelouse. De temps en temps, je croise deux amis du Parisien dans un couloir.

Vous devez prendre du plaisir au bord du terrain en ce moment…

Je suis supporter depuis tout petit. Je reconnais que depuis 4 ou 5 matchs, je réentends certains airs du côté de Boulogne et d’Auteuil. Ce n’est plus comme avant. Il y a moins de variété dans les chants mais j’ai retrouvé un peu la sensation de l’époque.

Dès l’instant où le match est commencé, je redeviens supporter. Pour moi, c’est la meilleure équipe qu’on ai jamais eu. Ils sont arrivés à un niveau… Plus que les 5 buts face à Nantes il y a quelques jours, certaines actions étaient vraiment impressionnantes.

 

 

 

Ceci est une boutique de démonstration pour test — aucune commande ne sera honorée. Rejeter