LOADING

Type to search

Actualités Cyclisme Interviews

[Tour d’Oman] Bryan Coquard (Vital Concept): « J’ai envie de lancer l’équipe et le sponsor »

Mathieu POPLIMONT lundi 12 février 2018
Share Button

A quelques heures du début du Tour d’Oman 2018, organisé par Amaury Sport Organisation, Bryan Coquard nous a accordé un entretien. Il revient pour nous sur son début de saison avec Vital Concept.

Le Sport Business: Nouvelle saison et nouvelle équipe, comment est ce que cela se passe ? Des anciens de Direct Energie vous ont d’ailleurs suivi… (Julien Morice chez les coureurs et Jimmy Engoulvent dans le staff)

Bryan Coquard: Quand je suis parti de Direct Energie, je voulais emmener avec moi les meilleures personnes pour m’encadrer et m’épauler. J’aurai aimé pouvoir lever les bras mais sur le papier, je fais un bon début de saison. J’ai déjà fait trois fois deuxième, une fois troisième. La différence de température m’a été un peu fatale à Bessèges mais je suis très motivé pour ce Tour d’Oman.

Sur les réseaux sociaux, certaines personnes disent que mon début de saison est raté. Je ne le crois pas, je suis prêt physiquement, ça ne me tracasse pas. Il y a beaucoup d’impatience de ma part car, comme à l’époque de Direct Energie, j’ai envie de lancer l’équipe et le sponsor.

Vous restez en contact avec vos anciens coéquipiers ?

Ça s’est mal terminé mais il n’y a jamais de divorce facile. C’était un choix compliqué à comprendre pour eux mais je ne suis fâché avec personne. J’ai revu l’équipe à Bessèges, c’était la première fois, et tout s’est bien passé, cela fait partie d’une carrière.

Une reprise au Moyen-Orient à Sharjah puis Oman, c’est nouveau pour vous…

C’est la première fois que je venais aux Emirats et à Oman. Ça me plait de démarrer ici, j’aime bien. Sharjah était un peu plus cool, un peu folklorique car c’est une petite organisation. A Oman, on voit que c’est ASO qui organise. Ces courses permettent de lancer la saison au chaud. Il est possible pour une équipe de faire les deux fronts: les courses en France et dans le Golfe.

Vous ne participerez pas au Tour de France 2018, c’est aujourd’hui digéré ?

C’est frustrant. J’ai deux ans de contrat avec Vital Concept, c’est un projet qu’on monte ensemble. La décision a été prise début janvier, c’est presque une bonne chose car on ne s’est pas fait de film. C’était un gros coup mais on va pouvoir se rabattre vers d’autres objectifs. J’en parlais avec d’autres coureurs et on se rend compte que beaucoup de Continentel pro sont pénalisées, les invitations sont chères. C’est une année de construction, il faut être bon ! Si on est bons, on sera sur le Tour en 2019.

Share Button