LOADING

Type to search

[Interview] Didier Maïsto (Sud Radio): « La station est de retour dans le paysage audiovisuel »

Interviews

[Interview] Didier Maïsto (Sud Radio): « La station est de retour dans le paysage audiovisuel »

Rédaction Le Sport Business jeudi 03 septembre 2015
Partager cette information

Didier Maïsto est à la tête de Sud Radio et du magazine Lyon Capitale. A la veille de la Coupe du monde de rugby, qui sera retransmise en intégralité sur les ondes, il nous parle du retour progressif de la station sur le devant de la scène.

LeSportBusiness.com: Comment se porte la station depuis son rachat en 2013, par Fiducial Médias ?

Didier Maïsto: La radio avait rencontré un certain nombre de problèmes au niveau financier et humain. Cela ne fonctionnait plus alors il a fallu refaire une grille. Nous avons aujourd’hui 2 pilliers: l’information et les débats, et le sport avec le rugby.

C’est un dispositif qui monte en puissance petit à petit. La radio est à nouveau dans le paysage audiovisuel, on le voit avec la fréquentation du site, le nombre d’appels au standard, les dépêches qui sont reprises, la matinale et notre interview politique qui fonctionnent bien également…

Vous êtes positionné aussi sur d’autres sports ?

On a une émission quotidienne qui parle principalement de rugby mais aussi d’autres sports comme le football. Cette année, nous avons couvert tous les jours le Tour de France. Le rugby, c’est particulier car nous sommes, au niveau de Fiducial, actionnaire du Stade Toulousain. On est aussi partenaire de clubs de volley, de handball… Le seul sport qu’on sponsorise, qu’on aide et qu’on développe, c’est vraiment le rugby actuellement.

Quelle peut être la stratégie pour concurrencer, sur le sport, des stations comme RMC ou RTL ? Cela passe obligatoirement par des grands noms à l’antenne ?

La stratégie, pour nous, c’est d’aller au bout des choses. Beaucoup de stations font du multisports. Nous, on fait principalement du rugby et on le fait à fond. On fait la totalité des matchs avec des multiplex, c’est non stop.

Avec cette Coupe du monde de rugby, est ce qu’il y a des objectifs à atteindre en terme d’audience ?

Non, on ne s’est pas fixé d’objectifs. D’où on vient, cela n’aurait pas beaucoup de sens. Nous ferons le bilan à la fin de la compétition.

Vous avez prévu un dispositif particulier pour mettre en avant votre implication dans ce Mondial ?

Il y a beaucoup d’autopromotion. On va faire une petite campagne mais tout sera très modéré. Je n’ai pas envie d’exagérer. Je préfère qu’on arrive gentiment avec des signatures et un travail sérieux. Que la communication autour de ce travail soit proportionné aux résultats. Il ne faut pas sous jouer mais je ne veux pas être dans l’emphase.

Pour la rentrée, de nouvelles voix seront au micro ?

Pas mal de personnalités nous ont rejoint. Alexandre Jardin, par exemple, qui fait une chronique sur la France qui entreprend. Sa première émission a explosé le standard, il y a un vrai truc populaire qui se passe. Yolaine De La Bigne nous a rejoint aussi pour parler de l’environnement. Eric Naulleau fait une émission culturelle, on ne le présente plus. Luc Ferry aussi, avec la verve qu’on lui connait, abordera les faits d’actualité. On ne manque pas de personnalités. Daniel Herrero, évidemment, sera aussi là pour le rugby.

Ce sont des négociations qui ont commencé il y a longtemps ?

C’est un long travail. Ce sont des personnes avec qui on est en résonnance. Ils sont invités, ils reviennent, ça se fait naturellement. La radio est professionnalisée bien sûr mais on veut garder l’esprit maison. Le mercato, tout ça, ce n’est pas notre ADN.

 

Demain, vous pourrez découvrir notre entretien avec Yann Delaigue, ancien joueur de l’équipe de France de rugby. Il sera consultant sur Sud Radio à l’occasion de la Coupe du monde.

Ceci est une boutique de démonstration pour test — aucune commande ne sera honorée. Rejeter