LOADING

Type to search

Actualités F1 Football Médias

Microsoft, SAP, Amazon… ces entreprises technologiques qui transforment le sport pro

Rédaction Le Sport Business mercredi 19 mai 2021
Partager cette information

Alors que se dessine enfin une sortie de crise sanitaire et peut être économique, plusieurs championnats européens de football ont annoncé la signature ou le renouvellement d’un contrat avec un partenaire technologique. Capter l’attention des fans est le nouveau défi des saisons à venir. Un objectif d’engagement partagé par tous les acteurs du sport.

En France, la Ligue de football professionnel cherche encore une solution. Il lui faut trouver un diffuseur et reconquérir un public. Après le fiasco Mediapro, il est urgent de rassurer les clubs qui ont vu leurs finances lourdement impactées. L’Equipe révèle cette semaine que la direction de la LFP réfléchirait même à créer sa propre chaîne, car personne ne se presse pour venir épauler Canal+ dans la diffusion des rencontres de Ligue 1 et de Ligue 2 pour la période 2021-24.

Chez nos voisins européens, la situation a été plus ou moins maitrisée. En Allemagne (recul de 1,16 milliard d’euros par saison à 1,1 milliard) et en Italie (927,5 millions d’euros par saison jusqu’en 2024, équivalent au précédent cycle) par exemple, les droits télévisuels sont globalement stables. De l’autre côté de la Manche, en Angleterre, on a joué la sécurité puisque les mêmes acteurs ont prolongé au même tarif leur engagement jusqu’en 2025, sans passer par un appel d’offres.

La fan experience au cœur de la bataille

Pour générer des abonnements payants et de l’intérêt, organisateurs et médias font équipe pour proposer le meilleur produit. En plus des images haute résolution et des nouveaux angles de captation, la data a fait son apparition ces dernières années pour enrichir les retransmissions. En Espagne, c’est la préoccupation de Microsoft qui s’active depuis 2016 sur ce sujet et vient de prolonger son partenariat avec la Liga. Le championnat espagnol s’intéresse de près aux sujets technologiques et a même créé une filiale dédiée qui commercialise des solutions logicielles pour la gestion de compétitions ou la création de contenus. Cette collaboration avec Microsoft alimente les diffuseurs et les supporters d’une multitude de données de jeu. Pour les abonnés qui suivent les matchs sur la plateforme OTT LaLigaSportsTV – plus d’un million d’utilisateurs la saison dernière – l’expérience est encore plus poussée avec des propositions de contenus en direct et selon la physionomie du match. Une stratégie gagnante qui est confirmée par les audiences du championnat : plus de 11% en audience cumulée la saison dernière avec des fortes poussées sur le continent africain ou en Inde.

Au début du mois de mai, c’est la Premier League anglaise qui a annoncé la signature d’un partenariat avec l’entreprise américaine Oracle. A partir de la saison 2021-22, Oracle présentera des données et des statistiques avancées de performance des joueurs pendant les diffusions mondiales, ainsi que sur les différents réseaux sociaux du championnat anglais. “Nous recherchons en permanence de nouvelles solutions pour animer la compétition et enrichir les analyses de la compétition. Oracle est une marque mondiale reconnue pour sa capacité d’innovation et nous sommes impatients de travailler avec ses équipes pour offrir à nos supporters une expérience et des niveaux d’engagement encore plus enthousiasmants“, explique Richard Masters, le directeur général de la Premier League.

La data partout et pour tous

Aucun sport n’y échappe, à l’image de la Formule 1, hautement technologique, où le poids des matériaux est optimisé chaque saison. Cette année, Red Bull Racing Honda va utiliser les capacités d’analyse d’Oracle Cloud Infrastructure pour optimiser l’utilisation de ses données à travers l’ensemble de ses activités : depuis les opérations sur la piste jusqu’au partage d’informations avec la communauté des fans de l’écurie. Pour Christian Horner, le patron de Red Bull F1, ce deal peut permettre à l’équipe de performer davantage : “L’expertise d’Oracle impactera de nombreux aspects de notre activité, du développement de l’implication de nos fans et de la notoriété de notre marque, jusqu’à la mise à disposition de nouvelles ressources extrêmement riches pour toutes nos équipes, y compris dans l’ingénierie et le design.” Même principe pour la compétition internationale de voile SailGP qui va utiliser pour la deuxième saison consécutive la technologie Oracle.

L’Allemagne n’est pas en reste avec la prestigieuse SAP qui a ouvert la voie dès 2014 en fournissant des logiciels d’analyse et de gestion au management de l’équipe nationale de football, ainsi qu’à des clubs comme le Bayern Munich, qui utilise aussi une solution de l’entreprise pour gérer ses ressources humaines (près de 1 000 salariés), ou Hoffenheim, dont le propriétaire est justement le fondateur de SAP. Si la concepteur de logiciel accompagne aussi les clubs du City Football Group, il se diversifie vers d’autres univers : la Formule E et l’écurie Mercedes-Benz EQ, la fédération internationale d’équitation ou encore la NBA. Depuis 2020, c’est avec Amazon Web Service, une branche du groupe de vente en ligne, que travaille le championnat allemand. “Avec AWS, la Bundesliga peut désormais fournir des statistiques en temps réel pour prédire les phases de jeu à venir et leurs résultats. Ces deux nouvelles statistiques ne sont que le commencement de ce que nous pourrons offrir aux fans de football “, avait réagit à l’époque Andy Isherwood, le vice-président d’AWS. Le spectacle ne fait que commencer.