LOADING

Type to search

[Exclusif] Coupe du Monde: Robert Pirès, avec beIN pour le plaisir

Interviews

[Exclusif] Coupe du Monde: Robert Pirès, avec beIN pour le plaisir

Rédaction Le Sport Business vendredi 16 mai 2014
Partager cette information

Depuis la création du site, nous avons voulu nous démarquer en proposant des entretiens exclusifs et décalés. Alors que beIN SPORTS vient de dévoiler son dispositif spécial Coupe du Monde, nous avons interrogé Robert Pirès. Ancienne gloire du football français et champion du monde en 1998, il sera consultant au micro de beIN durant toute la compétition. Pour nous, il représente des souvenirs, des émotions mais il incarne surtout un autre visage du football, authentique et à l’ancienne.

LeSportBusiness.com : Robert, vous allez vous envoler très bientôt pour commenter la Coupe du Monde au Brésil. Comment a commencé cette collaboration avec beIN SPORTS ?

Robert Pirès : C’est tout simplement Charles Biétry qui m’avait contacté à l’époque, il y a 2 ans. Il m’a appelé et m’a dit que beIN SPORTS allait s’implanter en France. La chaîne cherchait des gens un peu comme moi pour être consultant, expert, commentateur, cela dépend la catégorie dans laquelle on me met.

Je suis avec beIN depuis la création et c’est un honneur. Cela veut dire qu’il y a une fidélité. Nous avons commencé avec le Championnat d’Europe en 2012, il y a eu 2 saisons de Champions League, aujourd’hui la Coupe du Monde. On voyage ensemble et c’est très bien.

Vous aviez prévu de vous reconvertir dans les médias après votre carrière de joueur ?

J’y avais pensé, c’est ce que je voulais faire un peu après ma carrière. Tout simplement parce que j’aime le football et qu’il m’a apporté beaucoup de choses: une certaine stabilité dans ma vie et financièrement ça s’est très bien passé. Je voulais partager mon expérience, mon passé et mon ressenti sur le terrain aux gens qui nous écoutent.

Robert Pirès, en bord pelouse, en compagnie de Jean Pierre Papin et Alexandre Ruiz

Robert Pirès, en bord pelouse, en compagnie de Jean Pierre Papin et Alexandre Ruiz

TF1 a récemment dévoilé son équipe de consultants. On retrouve vos anciens coéquipiers: Bixente Lizarazu, Frank Leboeuf et Youri Djorkaeff. Vous êtes encore en contact ?

Je suis encore en contact car le soir de la présentation de TF1, j’ai croisé par hasard Youri Djorkaeff, nous étions dans le même hôtel. On s’est un peu perdus parce que tout le monde a ses obligations mais on reste en contact, on est en relation.

« Lorsqu’on se retrouve, c’est des grands moments qu’on vit. Ce qui s’est passé en 1998 et en 2000, c’est gravé à vie »

 

Je me dit toujours que le football était peut être mieux avant. Vous avez remarqué des changements dans le monde professionnel par rapport à 1998 ? Les joueurs ne sont plus comme avant ?

Le comportement a changé et évolué, à l’image de la société.

« A l’époque il y avait de l’argent, aujourd’hui il y en a 10 ou 100 fois plus. La différence entre eux et nous, c’est qu’il fallait le prouver pour bien gagner sa vie. Il fallait le prouver, fallait jouer »

Tant mieux pour eux, je ne suis pas du tout aigris, j’ai très bien gagné ma vie. Mais aujourd’hui, un joueur peut gagner bien sa vie en jouant 15 ou 20 matchs.

Après, oui c’est vrai, l’éducation, le respect des autres joueurs, de l’arbitre…  Mais il ne faut pas mélanger tous les joueurs. Certains sont cleans et d’autres ont une personnalité plus forte, il faut de tout, c’est comme dans la société.

Vous avez d’autres projets à côté des médias et de cette Coupe du Monde ?

Pour l’instant, non. Je suis bien avec beIN et j’y passe a chaque fois des saisons agréables. Pendant la Coupe du Monde, j’aurai peut être des obligations avec des matchs de charité, c’est ce que je fais beaucoup actuellement.

« Je suis toujours très heureux d’être sur un terrain même si aujourd’hui, ce n’est que pour le plaisir »

 

Si vous aimez parcourir le site, n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre compte Twitter.

 

Ceci est une boutique de démonstration pour test — aucune commande ne sera honorée. Rejeter