LE SPORT BUSINESS

[Interview] Nouveau départ pour le magazine France Football

LeSportBusiness.com – Le nouveau France Football est arrivé. L’hebdomadaire, propriété du groupe L’Equipe, vient de présenter une nouvelle formule, plus compacte, plus moderne. Pascal Ferré (en photo), le rédacteur en chef, nous en dit un peu plus.

LeSportBusiness.com: France Football fait peau neuve en ce début de mois de mars. C’est un choix poussé par la direction du groupe L’Equipe ?

Pascal Ferré: Non, c’est une réflexion commune. Rien a été imposé, tout a été fait en parfaite concertation au niveau du groupe. Il faut savoir que dans la presse écrite, si vous ne vous renouvelez pas, vous vous enlisez et vous commencez à vous perdre… La dernière formule datait de 2013 et on est vite arrivés à la conclusion qu’il fallait se moderniser pour redonner un peu de dynamisme à France Football.

C’est un objectif double: revenir à l’équilibre financier et séduire un nouveau public…

Ce sont les deux objectifs prioritaires mais qui ne concernent pas que France Football, c’est le cas pour l’ensemble de la presse magazine. On est passé à l’attaque avec un maximum de nouveautés pour conquérir ces 2 territoires: les annonceurs et de nouveaux lecteurs.

On a des premiers échos favorables. On va dire que ce sont des sondages à la sortie des urnes, on a pas encore gagné l’élection. Les prochaines semaines nous le diront.

Une des nouveautés, c’est l’arrivée de Julien Cazarre qui est devenu incontournable dans le football français. Comment en arrive à cette collaboration ?

Très simple. Dans le cadre de nos réflexions, on s’était dit que ça serait pas mal d’afficher plus de mordant, à l’image du football. Cazarre , je l’avais entendu à la radio, j’aimais bien ce qu’il faisait à J+1. Je suis allé le voir et il lui a fallu 1 seconde et demi pour dire oui. Il aime vraiment le football et il connaissait France Foot depuis longtemps. C’est la première recrue de notre mercato et elle a vraiment du sens.

Cela fait partie de votre stratégie d’offrir des chroniques à des personnalités ?

Pour l’instant, c’est Julien Cazarre et il va falloir lui laisser le temps de s’installer. Si on installe une tournante, c’est compliqué. Il sera là toutes les semaines mais il n’a pas le monopole de la mauvaise humeur ou du jugement acide. A l’intérieur du magazine, on a des pages d’opinion avec des journalistes qui ne sont pas dans l’analyse mais dans l’engagement. C’est le cas dans le premier numéro avec Thierry Marchand, notre spécialiste du foot anglais, qui a pris à partie Arsen Wenger dans le cadre d’un coup de gueule.

Quels sont les retours dans le milieu, de la part des journalistes ou des joueurs professionnels ?

On ne fait pas un magazine pour les journalistes mais tous les retours qu’on a eu jusqu’à présent sont encourageants. Nos confrères ont compris ce qu’on voulait faire. On s’est inventés sans se renier, sans tuer la marque France Football. Les professionnels l’ont bien compris.

Au niveau des joueurs, il y a eu des retours encourageants et rigolos. Sur le compte Twitter du PSG, on voit Adrien Rabiot, qui était en Une du nouveau numéro, en train de lire le sujet qui lui était consacré. Cela valide et légitime nos choix.