LOADING

Type to search

Actualités Interviews Rugby

Marc Andreu (Mes Petits Potos) : “Plus de 25 000 joueurs en une semaine”

Mathieu POPLIMONT lundi 27 août 2018
Share Button

Mes Petits Potos, c’est le tout nouveau jeu de Fantasy Rugby imaginé par Marc Andreu, ailier du Stade Rochelais, et Yannick Nyanga, directeur sportif du Racing 92. Marc Andreu revient pour Le Sport Business sur ce lancement et son nouveau statut d’entrepreneur.

Le Sport Business : Comment un joueur du Top 14 se lance dans l’univers des applications mobiles ?

Marc Andreu : Avec Yannick, on jouait à Mon Petit Gazon (voir notre interview d’un des fondateurs) et on en discutait souvent ensemble car cela n’existait pas pour le rugby. J’ai cherché partout et je n’ai rien trouvé, du coup j’ai créé une société et je me suis lancé. J’ai proposé à Yannick de prendre part au capital car il était très intéressé. On a travaillé énormément pendant un an et demi avec un seul développeur, nous n’avons pas encore les moyens d’une multinationale. Et lundi 20 août, l’application a enfin vu le jour.

Combien de personnes ont téléchargé Mes Petits Potos ? Certains utilisateurs vous ont reproché de nombreux bugs…

Il y a eu plus de 25 000 utilisateurs en une semaine, c’était notre prévisionnel en un an et demi. Il faut assumer le petit succès et ce n’est pas simple car notre budget est vraiment serré. On s’est retrouvés un peu dépassés par le nombre de personnes qui voulaient l’application. Il a fallu corriger des bugs car nous n’avions pas encore eu de retours, c’était la première fois avec autant de mnde. Notre souhait était de faire quelque chose d’entièrement gratuit, on se doutait qu’il y aurait des soucis au départ. On avance lentement mais surement, il faut être indulgent avec nous.

Quel est votre modèle économique justement ?

On ne savait pas comment cela allait marcher, je suis content d’avoir pris ce positionnement gratuit. Je ne me voyais pas prendre 99 centimes à chaque utilisateur dès le départ. Une fois que l’application sera stabilisée et que les gens connaîtront le produit, il y aura surement une partie payante. Avec Tristan, mon développeur, on connait le produit par cœur mais tout prend du temps, il faut stabiliser l’application et que les utilisateurs maitrisent le fonctionnement.

Vous venez de débuter la saison avec le Stade Rochelais, comment est ce que vous organisez vos journées ?

J’ai encore le rugby à côté donc ce n’est pas simple. Je travaille beaucoup en début de semaine avant de me concentrer à fond sur le rugby, qui est mon métier. J’espère que cela va fonctionner car nous avons mis beaucoup d’argent personnel dans le projet.

On peut savoir combien ?

On va dire qu’une application, ça coûte un bel appartement au bord de la mer. On a demandé de l’argent à personne, on ne doit de l’argent à personne. Beaucoup de partenaires nous suivent, la Ligue Nationale de Rugby et beaucoup de grosses entreprises. Il y a aussi des TPE qui adorent le rugby et qui croient dans le projet. Sans eux, le projet n’aurait pas vu le jour et ne pourrait pas survivre.

D’avoir quitté la capitale n’est pas un inconvénient pour le développement de l’application ? Vous aviez plus de contacts sur Paris, non ?

C’est vrai qu’à Paris, c’est plus simple de rencontrer des professionnels et des entreprises mais via Linkedin, les mails et Skype, on peut trouver de nouveaux partenaires et continuer le développement. Le rugby est ma priorité. Je n’étais pas conservé au Racing donc il fallait que je trouve un autre club. Quand il n’y a plus le rugby, il y a ensuite ma famille et Mes Petits Potos.

Dans le dernier numéro de notre Magazine (que vous pouvez consulter gratuitement ici), nous discutions avec une responsable de Provale, qui accompagne les joueurs dans leur reconversion. Vous avez eu des échanges avec eux ?

Oui un petit peu car je rentre en école de commerce cette année pour valider une licence en management. Cela va me donner du travail en plus mais c’était important de pouvoir poser mon projet sur la table et faire le point pour construire quelque chose d’encore plus solide. Mon véritable interlocuteur, c’était la LNR car je savais que la Ligue de Football Professionnel travaillait avec Mon Petit Gazon. Le soutien de la Ligue crédibilise notre application. Mais sinon, je n’ai demandé des conseils à personne, je me suis formé tout seul sur différents sujets. Tout le monde dit que l’entrepreunariat n’est pas simple, aujourd’hui je peux le confirmer.

Les joueurs du Top 14 jouent le jeu et vous ont fait un peu de promotion ?

Avec Yannick, on a un gros réseau de joueurs, ça aide. Dans l’application, il y a un mode “Solo” qui permet aux utilisateurs d’affronter un vrai joueur professionnel. Pour la 1ère journée, c’était face à l’équipe imaginée par Maxime Machenaud. A chaque journée, il y aura un joueur ou une personnalité. On dit souvent que le rugby est un sport où les joueurs sont proches du public, j’ai essayé de retranscrire cet esprit dans le jeu.

 

Vous pouvez aussi soutenir Le Sport Business. On vous explique tout ici.

 

 

Share Button