LOADING

Type to search

Interviews

Team MCES: “Trouver le meilleur modèle pour monétiser notre audience”

Antoine Orsini lundi 28 octobre 2019
Share Button

A quelques jours de l’ouverture de la Paris Games Week, plus grand salon dédié aux jeux vidéo et esport en France, rencontre avec l’une des équipes qui monte, la Team MCES, qui a dernièrement fait parler d’elle suite son partenariat avec le LOSC. Description de cette équipe atypique avec son Marketing & Brand Manager, Thibault Leflot.

L’équipe MCES vient de remporter plus de 150 000$ après sa défaite en finale des Championnats du monde de Clash of Clans.

Le Sport Business: Comment peut-on présenter la Team MCES ?

Thibault Leflot: La Team MCES est unique en son genre car elle se positionne sur les deux volets de l’esport : le grand public et la compétition. Pour le grand publicn notre volonté est simple: être à l’initiative de la structuration de l’esport en France. Pour illustrer cette volonté sur le terrain, nous créons des gaming centers, dont le 1er a été inauguré à Marseille en décembre 2018. Ils hébergent notamment la MCES Academy, que l’on peut comparer à un club de sport classique. En effet, cette academie propose une inscription à l’année et plusieurs séances encadrées par des coachs, avec obligatoirement 30 minutes de sport puis 1h30 d’esport. L’objectif premier est de faire la passerelle entre les 2 univers et de réconcilier la nouvelle génération avec la pratique sportive.

Concernant les compétitions professionnelles, nous sommes déjà un acteur bien identifié en France grâce à notre engagement depuis début 2019 sur des jeux majeurs comme League of Legends, Fortnite, FIFA mais également Clash of Clans, Rocket League ou encore Rainbow 6. Notre vraie valeur ajoutée est la place faite au sport traditionnel dans le programme de nos joueurs professionnels qui sont accompagnés aussi bien par un coach que par une agence spécialisée chargée de monitorer la santé physique et mentale via des tests neurocognitifs réguliers.

Comment créez-vous la passerelle entre Sport et Esport ?

Nous ramenons le sport de façon obligatoire dans nos programmes de préparation de compétition mais il faut savoir qu’une grande majorité de nos joueurs sont déjà sportifs. Pour le grand public, il est important de pouvoir casser l’image négative que l’on peut avoir de l’esport, l’implantation des gaming centers sur des lieux de sports soutiennent cet objectif. Au final, il est très simple de rattacher les 2 univers en mettant en avant les bénéfices du sport aux jeunes générations, par exemple une meilleure oxygénation du cerveau donne davantage de lucidité.

Yannick Agnel, double médaillé olympique de natation, a rejoint MCES très tôt, comment s’est fait cette rencontre ?

Cette rencontre a été surtout un concours de circonstances. Peu de gens le savent mais Yannick Agnel est un vrai passionné de jeux vidéo, qui l’ont notamment aidé pour relâcher la pression pendant sa carrière. Il a suivi la montée en puissance de l’esport, a rapidement adhéré à ses valeurs et a proposé de lui-même ses services à l’équipe. En tant que directeur sportif, Yannick s’occupe de la planification des séances des joueurs professionnels et de l’academy, partageant également ses expériences sur l’aspect mental de la préparation des compétitions. Il est accompagné par Guy Demel qui vient du milieu du football et qui a joué deux coupes du monde de football avec la Cote d’Ivoire.

Le partenariat inédit avec le LOSC a récemment eu beaucoup d’écho dans les médias, comment se traduit-il ?

Nous nous sommes effectivement engagés avec le LOSC sur une durée de 2 ans auprès de leur section esport dédiée au jeu FIFA. C’est donc un nouveau souffle pour nos 2 entités et ce partenariat est vu comme une coproduction permettant de mutualiser nos forces pour exister sur la scène internationale. Ce partenariat permet également de bénéficier d’une force de frappe médiatique beaucoup plus importante, donnant l’opportunité de communiquer sur nos ambitions communes et les valeurs sportives qui s’en dégagent.

Il y a aussi un volet sociétal avec l’ouverture d’un gaming center à Lille et la création de stages et opérations caritatives pour les enfants. Enfin ce partenariat va donner lieu à des activations avec d’autres clubs de football ayant également une section esport. Nous travaillons actuellement sur des matchs en levée de rideau de Champions League,  l’AJAX est d’ailleurs très intéressé pour le match retour en novembre prochain.

L’Esport n’est qu’au début de son développement, comment voyez-vous le futur pour MCES et le secteur en général ?

Pour MCES, nos ambitions sont très élevées avec la volonté d’intégrer le top 5 européen. Nous avons encore besoin de faire nos preuves sur l’axe performance, mais l’audience est là, il faut désormais trouver le meilleur modèle pour la monétiser. Une deuxième levée de fonds est actuellement en cours, ce qui nous permettra de soutenir notre développement et notre ambition à performer au plus haut niveau.

D’un point de vue plus général, les signaux sont très positifs pour l’esport, son positionnement commence à parler à des marques non endémiques qui s’engagent mais qui ont encore besoin de confiance. Les médias jouent également le jeu comme à l’Équipe qui a un journaliste dédié, RMC a lancé l’émission « Pro Gamer », Microsoft concurrence Twitch… L’esport correspond aux modes de consommation audiovisuel des jeunes d’aujourd’hui et la grande proximité des joueurs professionnels avec leurs communautés donne un visage plus humain que d’autres

Share Button